dimanche 13 mai 2018

Espagne 2018 #4 : Monfragüe, paradis des cerfs et des vautours, suite et fin de notre vadrouille

Mardi 3 avril

C'est toujours sous un temps maussade que nous atteignons le parc national de Monfragüe vers 16 h.
Cet espace naturel a été mis sous protection en 1979 en tant que parc naturel, afin d'éviter la plantation d'Eucalyptus qui aurait eu des conséquences écologiques désastreuses.
Désormais parc national depuis 2007, il tient son nom des Romains, qui baptisèrent cet endroit mons fragorum (mont touffu). Il abrite une végétation typiquement méditerranéenne où s'élèvent des rochers escarpés autour de la zone de confluence entre la rivière Tiétar et le fleuve Tage.

Espagne-Monfrague-Arroyo-cansinas-louveteaux
Les louveteaux au bord de la rivière Tiétar

Une route traverse le parc et permet d'atteindre rapidement les différents miradors aménagés à intervalles réguliers. En arrivant depuis l'entrée est de Monfragüe, le premier d'entre eux est le mirador de la Portilla del Tiétar, un bon endroit pour voir les vautours. Les rares places de parking étant occupées, nous ne pouvons pas nous y arrêter pour le moment et poursuivons notre route.

Un peu plus loin, au mirador de la Higuerilla, Papa Loup trouve une première harde de cerfs qui s'ébat sur les bords de la rivière Tiétar. Par la suite, nous observerons des cerfs un peu partout dans les collines du parc, parfois même très proches de la route, pour le plus grand plaisir des louveteaux. D'ailleurs, il y a des panneaux qui interdisent aux visiteurs de les nourrir pour éviter les accidents ; en effet, ceux qu'on a vu n'ont vraiment pas l'air farouches...

Espagne-Monfrague-mirador-Higuerilla
Vue depuis le mirador de la Higuerilla

Espagne-Monfrague-cerf-elaphe-biches-faon
Biches et faon

Espagne-Monfrague-cerf-elaphe
Jeune cerf mâle aux allures de girafe

Espagne-Monfrague-cerf-elaphe-male
Cerf mâle

Nous faisons des arrêts aux différents miradors pour observer la faune du parc : cerfs bien sûr, mais aussi vautours fauves et milans noirs essentiellement. Les eaux du Tiétar hébergent des loutres d'Europe, mais nous n'aurons pas la chance d'en voir la moindre malheureusement...
Nous allons comme cela jusqu'au pont du cardinal, situé au sud de Villareal de San Carlos, le seul village de Monfragüe. Ce pont en pierre de granit a été construit au XVème siècle, mais il n'y a rien à voir aujourd'hui, car cet ouvrage est parfois submergé à cause du niveau des eaux fluviales, comme c'est le cas en ce moment.
Le temps de chercher une géocache, puis nous refaisons la route en sens inverse pour nous installer sur un parking près du mirador de la Higuerilla pour y passer la nuit.

Espagne-Monfrague-Arroyo-cansinas
Un joli coin pour y passer la nuit, non ?

Jeudi 4 avril

Le parc national de Monfragüe est réputé pour ses populations de vautours, plusieurs centaines d'entre eux nichent en effet sur les parois rocheuses qui bordent le Tage et le Tiétar.

Nous commençons notre journée par retourner au mirador de la Portilla del Tiétar. En ce début de matinée, des employés du parc sont en plein travaux ce qui perturbe quelque peu la quiétude du lieu... Heureusement, les oiseaux ne semblent pas déranger par le bruit, nous un peu plus par contre.
Quelques vautours fauves sont perchés au sommet des rochers en train de prendre un bain de soleil, ailes écartées, attendant les premiers courants d'air chaud ascendants pour partir en quête de nourriture.

Espagne-Monfrague-mirador-portilla-tietar
Vue depuis le mirador de la Portilla del Tiétar

Espagne-Monfrague-mirador-portilla-tietar-vautours-fauves
Bain de soleil du matin pour les vautours fauves

Nous reprenons la route qui traverse le parc pour aller au Saut du Gitan, la zone la plus réputée du parc national de Monfragüe, située près de l'entrée sud.

Ce lieu tient son nom d'une légende qui raconte qu'un gitan, qui venait de détrousser des marchands, se fit poursuivre par des policiers de la garde civile. Acculé au bord d'une falaise, le gitan décida de prendre son élan et de sauter par-dessus le Tage, et miraculeusement, il réussit à atteindre la falaise de Peña Falcon, située de l'autre côté du fleuve, ce qui laissa les policiers pétrifiés de stupeur. Le rocher en face de celui où a atterri le gitan à la forme d'une tête ornée d'un tricorne, comme celui des membres de la garde civile.

Cette gorge est sans doute un des lieux les plus spectaculaires de Monfragüe, tant pour son paysage que pour sa colonie de vautours. Cent couples de vautours fauves nichent ici sur les falaises, et ils sont jusqu'à 400 à fréquenter les lieux à l'automne.

Quand nous arrivons sur place, le petit parking du mirador est complet, mais nous trouvons un endroit où garer le fourgon sur un autre parking, juste un peu plus loin.
Le Saut du Gitan est très fréquenté par les touristes et les ornithologues, mais aussi par les oiseaux. Dès notre arrivée, nous observons brièvement une cigogne noire, une espèce qui niche également à cet endroit, puis nous nous installons pour admirer le vol des vautours fauves qui traversent les gorges et passent juste au-dessus de nos têtes. Quelques rares vautours moines participent également à ce ballet aérien. Magique...
La pluie s'invite, mais nous continuons à profiter du spectacle. Un monticole bleu fait une timide apparition, tandis qu'un troglodyte mignon cherche sa pitance en contrebas du chemin.
Nous quittons les lieux à regrets pour continuer notre journée au château de Monfragüe.

Espagne-Monfrague-saut-gitan
Le Saut du Gitan

Espagne-Monfrague-saut-gitan-vautour-fauve
Vautour fauve

Espagne-Monfrague-saut-gitan-vautour-moine
Vautour moine

Espagne-Monfrague-saut-gitan-vautour


Le parking du château se situe à quelques centaines de mètres du Saut du Gitan, en bas de la colline où est construit l'édifice. Il y a une navette gratuite qui permet aux visiteurs d'y monter facilement, mais nous choisissons d'emprunter le sentier pédestre.
Au bout de quelques mètres, une violente averse nous contraint à rebrousser chemin pour retourner nous abriter dans le fourgon. Papa Loup ouvre le lanterneau électrique pour aérer l'intérieur de la tanière, mais quand il veut le refermer, rien ne se passe. Après la pompe à eau et le frigo, voilà le lanterneau qui nous lâche... Comme de l'eau s'écoule au-dessus du rétroviseur, nous craignons une fuite d'eau quelque part.
Ces multiples pannes, plus la météo qui s'annonce catastrophique pour les prochains jours, nous poussent à prendre la décision de rentrer sagement chez nous, le cœur lourd...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire