mardi 28 novembre 2017

Mini-vadrouille dans le Luberon

Weekend du 7 et 8 octobre 2017

Le dimanche 8 octobre, la meute devait participer au pique-nique annuel des bénévoles du centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux, alors l'occasion était trop belle de prolonger le plaisir en embarquant dans notre tanière pour une petite vadrouille automnale dans le Luberon.

La forêt des cèdres de Bonnieux : sentier du bois de Roustan


Départ le samedi 7 octobre, après les activités sportives, direction Bonnieux. Après 1h30 de route, nous voilà de retour dans la forêt des cèdres, que nous avions découverte à l'occasion d'une vadrouille en juin 2016 (à lire ici). Nous choisissons cette fois-ci de suivre l'itinéraire du bois de Roustan, un sentier de 3,8 km relativement plat, parfait pour cette fin de journée.
Cette balade au milieu de la cédraie est très agréable, même si pour le point de vue, il vaut mieux aller du côté du sentier du Portalas... Il y a de nombreuses pierres qui sont utilisées par des promeneurs amateurs de land-art pour réaliser de sympathiques œuvres le long du chemin.
Le balisage vert est facile à suivre, et en moins de 2 heures, nous étions de retour au fourgon. Comme le camping semblait interdit sur le parking de la forêt des cèdres, nous sommes allés passer la nuit un peu plus bas sur la route, et nous n'avons pas été dérangés jusqu'à l'arrivée de chasseurs le lendemain matin.

Luberon-foret-cedres-Bonnieux-bois-Roustan
La belle cédraie de Bonnieux



Luberon-foret-cedres-Bonnieux-bois-Roustan
Ce vieux cèdre en forme de lyre est particulièrement remarquable

Luberon-foret-cedres-Bonnieux-bois-Roustan-landart
La grande quantité de pierres au sol est propice au land-art

Luberon-foret-cedres-Bonnieux-bois-Roustan-louveteaux
Les louveteaux sur leurs montures

Luberon-foret-cedres-Bonnieux-bois-Roustan-automne
Couleurs automnales...

Le plateau de Claparèdes : champs de lavande et bories


Pour cette matinée dans le Luberon, nous devions trouver une balade relativement facile et à proximité de Buoux pour pouvoir être à midi au pique-nique du centre de soins.
Notre choix s'est porté sur le sentier de randonnée du plateau des Claparèdes, que nous avons trouvé sur le site internet chemins des Parcs, un site proposant plein d'itinéraires de découverte au sein des parcs naturels régionaux de PACA. On a pu imprimer la carte et les indications détaillées avant de partir, ainsi que les points intéressants à découvrir au cours de la balade, c'était parfait.
A partir du parking de barbe blanche, situé sur la D232, l'itinéraire commence par suivre un chemin goudronné avant de rapidement bifurquer sur un sentier qui part dans le sous-bois. Nous traversons des champs de lavande, avec le Mont Ventoux qui surplombe le panorama en arrière-plan, avant de reprendre une route, puis de repasser dans le sous-bois, et ainsi de suite.
Cette balade nous a permis de découvrir plusieurs bories, d'anciennes cabanes en pierre sèche servant aux bergers et aux paysans pour y entreposer leur matériel ou y abriter le bétail. Elles sont fabriquées avec des pierres plates appelées "lauses". 
Nous n'avons pas fait la randonnée entière (9 km) par manque de temps, mais cet aperçu nous a donné envie de revenir, à une période où les plants de lavande seront en fleur. 

Luberon-plateau-claparedes-mont-ventoux-lavande
Belle vue sur le Mont Ventoux

Luberon-plateau-claparedes-lavande
On traverse les champs de lavande

Luberon-plateau-claparedes-borie
Découverte d'une magnifique borie

Luberon-plateau-claparedes-louveteau-arbre
Moyen Loup sur un arbre perché


Le centre régional de sauvegarde de la faune sauvage de Buoux


Ce centre, créé en 1996 et géré par la LPO, accueille les animaux sauvages en détresse trouvés par des particuliers, les soigne et après leur convalescence, les réinsère dans leur milieu naturel.
De nombreux bénévoles participent à cette mission, dont Papa Loup, et c'est pourquoi toute la meute a participé à ce pique-nique.
Après le repas, nous avons pu visiter les locaux du centre, habituellement interdits au public, et les louveteaux ont été impressionnés par la taille des volières de réhabilitation, même si la plupart des oiseaux à l'intérieur étaient cachés.
Nous avons quand même pu faire la connaissance de Roger, un geai des chênes qui a retrouvé sa liberté, mais reste aux abords du centre. Et nous avons eu la chance d'assister au relâcher d'un jeune Circaète qui avait pris une volée de plombs de chasse, mais sans avoir été blessé sérieusement, et qui a pu reprendre son envol après quelques semaines de soins. Quel beau spectacle !!
C'est sur cette note positive que nous avons clôturé cette petite virée dans le Luberon.


geai-chenes-centre-sauvegarde-faune-sauvage-buoux
Roger, le geai des chênes

relacher-circaete-centre-sauvegarde-faune-sauvage-buoux
Ce jeune Circaète s’apprête à retrouver sa liberté 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire