lundi 5 septembre 2016

Une nouvelle année en IEF

Alors que plus de 6 millions d'enfants ont repris le chemin de l'école il y a quelques jours, les louveteaux, quant à eux, n'ont pas eu à quitter leur tanière pour commencer cette nouvelle année d'apprentissages. En effet, depuis toujours, nous pratiquons l'instruction en famille (IEF).

instruction-famille-IEFMais l'école n'est-elle pas obligatoire en France, même pour des louveteaux ?
Et bien non, contrairement à ce que pensent beaucoup de personnes, l'école n'est pas obligatoire en France, seule l'instruction l'est, et seulement pour les enfants âgés de 6 à 16 ans.
Les parents ont donc le choix d'envoyer leurs enfants à l'école ou bien d'assurer leur instruction par eux-mêmes ou avec l'aide d'un tiers (précepteur, grands-parents...).

Pourquoi avoir fait ce choix ?
Au tout début de cette aventure, Grand Loup était un petit louveteau hypersensible, qui n'aimait pas le chahut et les enfants trop turbulents. A l'âge où il devait faire sa rentrée en maternelle, nous devions changer de tanière à cause de l'arrivée récente de Moyen Loup. Cela faisait beaucoup pour notre Grand Loup, alors on s'est dit qu'il pouvait bien attendre un peu pour commencer sa scolarité...

En parallèle, Papa Loup et Maman Louve se posaient beaucoup de questions sur le fonctionnement actuel de l'école publique en France : les classes surchargées, la pédagogie souvent inadaptée, la violence... Cela nous faisait peur...
Un jour, en amenant Grand Loup à la ludothèque, Maman Louve a fait la connaissance d'un groupe de familles pratiquant l'IEF. Quelle révélation ! Ne plus se sentir seuls, trouver du soutien, c'était vraiment formidable !
Papa Loup a tout d'abord été réticent pour que notre pratique de l'IEF perdure, mais finalement, c'est un mode de vie qui nous convient plutôt bien pour le moment. Les louveteaux peuvent profiter de leur papa  qui a des horaires de travail très variables et nous pouvons assouvir nos envies de vadrouille dès que nous en avons l'occasion. Quelle liberté !

Comment se passe l'IEF en général et pour les louveteaux en particulier ?
Il y a autant de façon de faire l'IEF que de familles non-sco !!
Nous avons un rythme de travail un peu différent de celui de l'Education nationale... En principe, nous faisons 4 à 5 semaines d'instruction suivies d'une semaine de repos.
Les matinées sont consacrées au travail "formel", essentiellement en français et en mathématiques, et l'après-midi, le programme est très variable : jeux, ateliers, activités extra-scolaires, ludothèque, rencontre avec d'autres familles non-sco, balades, etc.

Est-ce qu'il y a des contrôles ?
A chaque rentrée, les parents doivent envoyer une déclaration d'IEF à l'inspection académique ainsi qu'à la mairie.
Un contrôle pédagogique mené par l'inspection académique est réalisé chaque année, et une enquête de la mairie tous les deux ans.

Et la sociabilisation, vous n'avez pas peur d'en faire des loups solitaires ?
Instruction en famille ne veut pas dire enfermement, bien au contraire. Notre agenda est bien rempli en général ! Par exemple, pour cette semaine : après-midi au parc avec d'autres familles non-sco, reprise du karaté, atelier d'astronomie, bibliothèque, ludothèque, journée de spectacles en plein air...
Ce qui est intéressant avec l'IEF, c'est que les enfants ne fréquentent pas uniquement d'autres enfants du même âge. Ils côtoient des touts-petits, des ados, des adultes...
Lors de nouvelles rencontres, les louveteaux n'ont aucun problème pour se lier d'amitié avec les autres enfants. Donc définitivement non, l'IEF n'est pas synonyme de défaut de sociabilisation.

Quelques liens si vous voulez en savoir plus sur l'IEF :
- Association LEDA, Les enfants d'abord
- Association CISE, Choisir d'instruire son enfant
- Association LAIA, Libre d'apprendre et d'instruire autrement
- Le portail de l'instruction en famille


1 commentaire:

  1. Belle initiative, la socialisation de l'homme vis à vis de ses congénères passe par les parents dès la naissance, il est inutile et illusoire de penser et d'attendre que l'école s'en chargera.
    Amitiés (papachui) Bruno Bedoni

    RépondreSupprimer